Groupe

> Télécharger
Retour

20/12/2012

Transport aérien hors-norme

Loïc Langlois, responsable de l’agence Heppner overseas de Nantes.

Vous venez d’affréter le seul Iliouchine 76, version allongée, disponible dans le monde. Dans quel but ?
Nova, fabricant de machines de remplissage volumétrique haute cadence pour pots préformés comme des yaourts, crèmes et desserts…, nous a consulté pour livrer en urgence une chaîne complète à l’un de ses clients situé à Melbourne, en Australie. Compte tenu de l’enjeu, notre réponse devait être ultra rapide. Nous avons été retenus car notre proposition faisait clairement la différence. Alors que les concurrents proposaient d’affréter un Antonov 124, un tiers plus cher que l’Iliouchine 76, nous avons réussi grâce à notre courtier à “mettre la main” sur la seule et unique version allongée de cet avion disponible au fret.

En quoi la version allongée faisait-elle la différence techniquement ?
Ce sont les 7 mètres supplémentaires de cette version d’Iliouchine 76 qui ont permis d’affréter l’intégralité de la chaîne des machines. Tout s’est joué au centimètre près. En fonction du volume, des cotes de la marchandise, nous avons trouvé la solution la plus optimale, et également la plus rentable pour Nova. Penser au bon avion… mais surtout aussi, au final, pouvoir réserver l’exemplaire unique.

Avez-vous d’autres affrètements de ce type à venir ?
Oui, toujours pour le compte de Nova d’ailleurs. Nous préparons la livraison d’une autre chaîne complète de machines aux États-Unis, mais sur un Antonov 124 cette fois-ci. Nous proposons, sur cette mission, un affrètement one way, le retour étant pris en charge par l’armée américaine qui affrètera l’Antonov pour ses propres besoins. L’avion ne revient donc pas à vide et les coûts de transport sont alors divisés de moitié pour notre client. Cette solution est traditionnellement proposée dès lors qu’il est possible de planifier d’avance l’affrètement… ce qui n’était pas le cas sur la première mission avec l’Iliouchine.